Trouver la force même devant l’irréparable

La Fondation Adapte-Toit a pour mission d’aider les personnes lésées médullaires afin de faciliter l’accès à leur domicile, de les aider à être plus autonomes, de favoriser leur inclusion sociale et de leur permettre de continuer d’avoir une vie active. Les lésés médullaires sont des personnes qui des suites d’un accident ou d’une condition médicale, ont subi une atteinte à la moelle épinière, qui se traduit généralement par une paralysie. Ce sont des personnes qui voient du jour au lendemain leur vie totalement chamboulée et l’impact d’un tel accident a des répercussions non seulement sur eux-mêmes, mais aussi sur leurs proches. Nul n’est à l’abri de subir une telle blessure et c’est dans cette optique que la Fondation Adapte-Toit vient en aide à ces personnes.

Adapte-Toit a pour mission de s’impliquer activement dans de nombreux dossiers afin d’obtenir des résultats concrets améliorant la situation des lésés médullaires. Un cas parmi tant d’autres où la fondation s’est engagée est celui de Marie-France Beaudry-Blouin.

7665151_1450297190_1807En juillet 2015, Marie-France était partie faire du rafting avec son conjoint et un couple d’amis. Au milieu de ce voyage en plein air, une tempête se leva et ceux-ci trouvèrent abri au bord de la rivière. Au moment d’amarrer le bateau , un tronc d’arbre tomba sur Marie-France. Celle-ci sut immédiatement qu’il y avait un problème ressentant un engourdissement depuis ses épaules jusqu’au bout de ses orteils.

Le résultat de ce banal voyage estival fut que Marie-France se retrouva confinée dans un fauteuil roulant. Cette psychoéducatrice et mère de deux enfants est tout de même parvenue à déjouer les pronostics des médecins grâce à son travail acharné et à sa détermination en réadaptation. Par exemple, elle a réussi à retrouver l’usage de ses bras, mais malheureusement pas de ses mains. Il demeure que malgré toute sa bonne volonté, Marie-France ne pourra plus vivre sa vie comme elle le faisait auparavant, son accident lui ayant laissé des séquelles physiques irréversibles.

Cet accident n’a pas seulement eu des impacts sur Marie-France; ses deux jeunes enfants ont dû faire face à la réalité que leur mère était paralysée à jamais, ce qui fut certainement un choc pour eux. Le conjoint de Marie-France a également dû vendre sa maison et quitter son emploi pour se rapprocher de celle-ci. Sans vouloir tenir un discours victimaire, c’est la vie de toute une famille qui fut bouleversée en ce jour de juillet 2015.

Depuis presqu’un an, Marie-France travaille d’arracher pied en réadaptation pour être le plus autonome possible. Elle a d’ailleurs fait d’importants acquis, gagnant force musculaire et dextérité. Cependant, dès le mois de juin, Marie-France devra faire face à une toute nouvelle réalité : le retour à domicile.

Pour le moment, le domicile de Marie-France n’est pas adapté à sa nouvelle condition. Par exemple, elle ne pourra pas sortir ou entrer seule dans son domicile. La réalité des lésés médullaires est telle que des actions auparavant anodines deviennent maintenant complexes et lourdes de conséquences. C’est dans cette optique que la Fondation Adapte-Toit souhaite venir en aide à ces personnes qui se trouvent dans des situations de grande vulnérabilité.

En effet, si Marie-France n’est pas en mesure d’entrer et de quitter par ses propres moyens son domicile, il est peu réaliste qu’elle puisse poursuivre ses traitements de réadaptation. Il en résulte qu’elle risque de perdre les acquis qu’elle a si chèrement gagné en réadaptation ces derniers mois.

Il y existe présentement un programme gouvernemental provincial, le programme d’adaptation de domicile (PAD), qui offre une aide financière oscillant entre 16 000 et 21 000 dollars aux personnes en situation de handicap pour adapter leur domicile à la suite d’un accident. Marie-France a d’ailleurs fait une demande d’aide financière au PAD, mais elle n’aura pas accès à ces sommes d’argent avant d’être de retour à la maison puisqu’il peut y avoir entre un et deux ans d’attente. De plus, ces sommes ne permettront pas de rembourser la totalité des travaux nécessaires à l’adaptation de son domicile.

Dans le cas présent, il faut installer une rampe d’accès ainsi qu’un ouvre-porte avec un bouton-poussoir afin de lui permettre d’entrer et de sortir librement de chez-elle. De plus, l’idéal serait également d’installer un système d’intercom et de caméra pour que Marie-France puisse identifier les personnes sonnant à sa porte, alors qu’elle attendra entre-autre des visites du CLSC.

La Fondation Adapte-Toit ne se donne pas pour responsabilité de palier à l’intervention gouvernementale qui offre déjà une aide financière, mais celle-ci est insuffisante dans l’état actuel des choses. La Fondation Adapte-Toit souhaite plutôt soutenir Marie-France et sa famille dans cette épreuve difficile, ce qui commence par votre générosité, afin de maximiser son autonomie et que l’adaptation de son domicile ne devienne pas un trop lourd fardeau financier. Malheureusement, le cas de Marie-France est représentatif de la majorité des situations dans lesquelles sont placés les lésés médullaires qui n’ont pas accès à une assurance publique telle la SAAQ ou la CSST, ce qui justifie toute l’importance de la mission de la Fondation Adapte-Toit.